Homa Hoodfar doit être libérée

Homa Hoodfar, professeure irano-canadienne, arrêtée le 6 juin, a été libérée le 26 septembre dernier!!! MERCI DE VOTRE APPUI.

7946
/10000 signatures

partager

Derniers signataires : Nancy - Anne - Ginette

HOMA HOODFAR EST LIBRE ET EN ROUTE VERS MONTRÉAL. Merci pour tout ce que vous avez fait. Ensemble, ça marche!

Homa Hoodfar, professeure d’anthropologie de nationalité irano-canadienne âgée de 65 ans, a été arrêtée le 6 juin après avoir été interrogée pendant plusieurs mois par des gardiens de la révolution. Elle est détenue dans la prison d’Evin à Téhéran ; elle ne peut communiquer ni avec sa famille ni avec un avocat, et est probablement en détention à l’isolement. Cette femme est une prisonnière d’opinion.

L’article 14-3 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel l’Iran est partie, garantit le droit des détenus de disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de leur défense, et de communiquer avec le conseil de leur choix. Par ailleurs, le Conseil des droits de l’homme [Nations unies] a indiqué : « Le droit de communiquer avec un conseil implique que la personne accusée d’une infraction puisse consulter rapidement un avocat. »

Nous demandons aux autorités iraniennes :

  • De libérer Homa Hoodfar immédiatement et sans condition car elle est une prisonnière d’opinion : elle est détenue uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression ;
  • De veiller à ce qu’elle puisse communiquer régulièrement avec un avocat de son choix et avec sa famille ; et à ce qu’elle reçoive immédiatement ses médicaments ainsi que tout autre soin médical dont elle pourrait avoir besoin ;
  • De lui permettre de communiquer avec des représentants des consulats canadien et irlandais et de recevoir la visite de ces représentants.

Plus d'informations sur Homa Hoodfar, 26.61 Ko.

Liens supplémentaires

Je fais un don

*Opt-in : En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d'un condensé d'information sur les droits humains par l’organisme Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l'essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.