Monsieur Trudeau, faites entendre votre voix, et celle de chefs d’autres gouvernements, pour demander la libération de Raif Badawi et la réunification avec sa famille.

17320
/25000 signatures

partager

Derniers signataires : Xavier - Hélène - Lucie

Cinq ans passés en prison pour Raif Badawi : c’en est trop !


Le 17 juin 2017, cela fera cinq ans jour pour jour que Raif Badawi a été arrêté et incarcéré en Arabie saoudite.

La famille de Raif, sa femme Ensaf Haidar et ses trois enfants réfugiés au Canada dans la ville de Sherbrooke, travaille d’arrache-pied pour sa libération, de concert avec Amnistie internationale. Notre section se mobilise continuellement depuis cinq ans pour Raif Badawi, lors de vigiles, collectes de signatures, marathons d’écriture et multiples rencontres pour réclamer l’appui du gouvernement du Canada.

Nous réclamons du gouvernement canadien qu’il assume de jouer le rôle de leader dans le cas de Raif Badawi, étant donné les liens de sa famille au Canada. Le Premier Ministre du Canada Justin Trudeau doit en faire plus pour réunir Raif Badawi avec sa famille.

Raif a déjà passé près de cinq ans en prison, joignez votre voix à Ensaf, Doudi, Myriyam et Najwa pour demander sa libération !


Monsieur le Premier ministre,

Nous soussignés, désirons porter à votre attention que Raif Badawi est emprisonné depuis juin 2012 pour avoir publié des textes qui appellent à plus de respect des uns envers les autres. Selon les lois en Arabie saoudite, ces textes ne seraient pas acceptables.

Depuis début 2013, tous les principaux défenseurs de droits humains indépendants d’Arabie saoudite ont été emprisonnés, réduits au silence ou ont fui le pays.

La situation terriblement injuste dans laquelle se trouve Raif Badawi tient particulièrement à cœur aux gens d’ici. D’ailleurs près de 57 000 signatures vous ont déjà été remises le 2 novembre 2015. Cependant nous vous voyons que trop peu intervenir pour intercéder en faveur de sa libération.

Monsieur Trudeau, il est temps d’entrer de façon publique dans ce dossier.

Nous reconnaissons les efforts entrepris par vos ministres M. Dion et Mme Bibeau. Nous reconnaissons la difficulté de porter assistance à un prisonnier d’opinion qui n’est pas Canadien, mais qui a cependant des liens étroits avec le Canada, lequel a accepté comme réfugiés sa femme et leurs trois enfants.

Monsieur Trudeau, nous vous demandons de faire entendre votre voix, et celle de chefs d’autres gouvernements l’accompagnant si vous la requérez, pour demander la libération de Raif Badawi et la réunification avec sa famille.

Nous vous demandons également de faire tout en votre pouvoir pour que vous exigiez le respect par l’Arabie saoudite de ses obligations internationales comme signataire des conventions relatives aux droits humains et comme membre du conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Avec nos salutations respectueuses et l’espoir d’être entendus. 


Participez aux rassemblements qui se tiendront les 15 et 16 juin prochains.


Raif Badawi

Blogueur et défenseur des droits humains a été condamné en 2014 à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet, et 290 000$ d’amende. En plus de cela, après avoir purgé sa peine, il lui sera interdit de quitter le pays ou d’utiliser les réseaux sociaux pendant dix ans. L’Arabie saoudite a organisé la première flagellation publique du prisonnier d’opinion le 9 janvier 2015, en lui infligeant 50 coups de fouets. Les autres séries de coups de fouet ont été reportées dû à la santé fragile de Raif, diabétique, et aux vives réactions de la communauté internationale pour empêcher cette pratique inacceptable.

Raif Badawi est devenu la cible des autorités saoudiennes après avoir créé un site internet faisant la promotion de la liberté d’expression sur des sujets relatifs aux droits humains, à l’égalité, aux droits des femmes ainsi qu’à d’autres questions sociales importantes.

En savoir plus sur les droits humains en Arabie saoudite

La situation des droits humains n’a cessé de se détériorer en Arabie saoudite, notamment depuis la mise en vigueur de la loi antiterroriste en février 2014. Le Royaume continue d’interdire les associations indépendantes de défense des droits humains et d’incarcérer leurs membres fondateurs, condamnés à de lourdes peines. En Arabie saoudite, la liberté d'expression, d'association et de réunion est soumise à des restrictions sévères. Des défenseurs des droits humains et des détracteurs du gouvernement ont été arrêtés, poursuivis et emprisonnés, le plus souvent à l'issu de procès inéquitable. Les tortures et mauvais traitements en détention sont monnaie courante.

Ainsi, Raif Badawi n’est pas le seul défenseur des droits humains saoudien emprisonné. Son avocat, le spécialiste des droits humains Waleed Abu al Khair, a été le premier condamné en vertu de la nouvelle loi sur le terrorisme, à l’issue d’un procès inique.

VOUS POUVEZ AGIR POUR RÉCLAMER LA LIBERTÉ D’EXPRESSION EN ARABIE SAOUDITE


Lisez la lettre ouverte à Justin Trudeau sur Raif Badawi.

Téléchargez la version tabloïd de la pétition papier (11 X 17)

FAIRE UN DON



*Opt-in : En cochant cette case vous bénéficierez du bilan de votre action et d'un condensé d'information sur les droits humains par l’organisme Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l'essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.


None