Qui dispose de votre corps ? MANIFESTE POUR LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

Deux décennies après l'adoption d'un accord mondial historique sur l'égalité des genres, des réactions très hostiles menacent de dépouiller des femmes et des jeunes filles de leurs droits.

119
/500 signatures

partager

Derniers signataires : Marieve - Carolyne - Josée

Le recul général des droits des femmes a des effets dévastateurs

Deux décennies après l'adoption d'un accord mondial historique sur l'égalité des genres, des réactions très hostiles menacent de dépouiller des femmes et des jeunes filles de leurs droits.

Amnistie internationale demande aux gouvernements de s'appuyer sur les progrès accomplis sur le terrain des droits des femmes et d'agir de toute urgence afin de respecter leurs engagements. Il y a 20 ans, des dirigeants du monde entier se sont réunis à Beijing et ont promis de protéger et promouvoir les droits des femmes et des jeunes filles, où qu'elles se trouvent. Malheureusement nous observons dans de nombreux pays des réactions hostiles aux progrès accomplis en matière de droits des femmes.

Si les victoires remportées depuis l'adoption de la Déclaration de Beijing sont importantes, la parfaite égalité entre les genres ne s'est encore concrétisée dans aucun pays de la planète et les droits des femmes et des filles sont menacés.

Des femmes du monde entier continuent à subir des discriminations, ne participent pas à la vie publique et politique sur un pied d'égalité avec les hommes, et sont victimes de violences et d'abus liés au genre dans l'espace public et chez elles. Les défenseures des droits humains sont fréquemment la cible de menaces, de manœuvres d'intimidation et d'agressions, payant parfois même de leur vie leurs efforts visant à faire avancer l'égalité des genres.

JE SOUTIENS CE MANIFESTE CAR... IL S'AGIT DE MON CORPS ET DE MES DROITS

Cette déclaration n'est pas l'expression de simples convictions.

Elle se fonde sur les droits fondamentaux protégés par les normes internationales relatives aux droits humains, qui imposent certaines obligations aux États.

Il est grand temps que les États respectent concrètement ces obligations. Ce n'est qu'à cette condition que nous pourrons vraiment prendre nous-mêmes les décisions concernant notre corps, notre vie et notre avenir.

Je tiens à exprimer ma solidarité en acceptant que mon nom figure aux côtés de toutes celles et de tous ceux qui soutiennent ce manifeste lorsque celui-ci sera présenté, entre autres, à des dirigeants des États et à des organismes donateurs.

Nous déclarons :

  • Les relations sexuelles librement consenties ne constituent jamais un crime, quels que soient le sexe, la sexualité, l'identité de genre ou la situation maritale des partenaires.
  • Le fait de solliciter une interruption de grossesse, ou d'aider quelqu'un à en subir une, ne fait PAS de nous des criminels.
  • L'accès à des services de santé de qualité, confidentiels et d'un prix abordable, y compris à la contraception, n'est pas un luxe - c'est un droit fondamental.
  • L'éducation et l'information sur les relations humaines et sexuelles doivent être fondées sur des éléments scientifiques et être accessibles à tous et à toutes.
  • Nous avons toutes et tous le droit de vivre à l'abri de toute forme de violence, y compris le viol.
  • Nous avons le droit d'avoir notre mot à dire dans les lois, les politiques et les programmes qui concernent nos corps et nos existences.
  • Lorsque nos droits sexuels et reproductifs sont bafoués, nous avons le droit de dénoncer cette situation, d'exiger qu'une enquête soit menée et d'avoir la garantie que justice nous sera rendue.

 

 

TÉLÉCHARGEZ LA PÉTITION SOUS FORMAT PAPIER, 2.09 Mo.

Liens supplémentaires

Le recul général des droits des femmes a des effets dévastateurs, « Mon corps ne vous appartient pas ». Un nouveau manifeste exhorte les États à cesser d'essayer de contrôler la vie des femmes, Blogue de Renu Adhikari, femme médecin : Droits des femmes - où en sommes-nous ?

*Opt-in : En cochant cette case vous bénéficierez du bilan du manifester et d'un condensé d'information sur les droits humains par l’organisme Amnistie internationale. Nous veillons à préserver la vie privée et occupée de nos sympathisant.e.s en ne transmettant que l'essentiel. À tout moment il vous sera possible de vous désinscrire à cette liste de diffusion.